Le gouvernement poursuit implacablement sa traque aux travailleurs à temps partiel !

Les travailleurs à temps partiel sont une nouvelle fois les victimes de ce gouvernement. Ils presteront davantage d’heures sans contrepartie salariale. Encore une fois, ce gouvernement fait un beau cadeau aux employeurs aux frais des travailleurs.

La loi Peeters est concrétisée. Un arrêté royal, qui nuit gravement à la protection sociale (acquise) des travailleurs à temps partiel, est aujourd’hui publié au Moniteur belge. Avec cette mesure, le salaire n’est plus dû pour un nombre encore accru d’heures supplémentaires. Il est donc financièrement plus intéressant pour un employeur de faire prester davantage d’heures à ses travailleurs à temps partiel.

Les femmes sont particulièrement touchées

Cet AR sera particulièrement nuisible pour de nombreuses femmes et augmentera encore les difficultés qu’ont les travailleurs à temps partiel à joindre les deux bouts.

Aux frais des travailleurs, ce gouvernement offre un beau et gros cadeau aux employeurs :

  • Le nombre d’heures en plus qu’un travailleur à temps partiel avec un horaire variable peut prester sans sursalaire est porté de maximum 39 heures par période de référence à maximum 168 heures par période de référence.
  • Dans la pratique, la loi Peeters prévoit donc que les employeurs échappent au paiement d’un sursalaire, vu que le maximum de 39 heures est porté à 168 heures (!).

Cet arrêté engendrera une énorme perte financière pour les travailleurs à temps partiel. De nombreuses femmes en feront particulièrement les frais : elles constituent le plus grand groupe de travailleurs à temps partiel. Cette mesure accroît encore l’écart salarial entre les hommes et les femmes.

Faire mal aux travailleurs pour amadouer les employeurs

Dans la pratique, les travailleurs à temps partiel avec un horaire et une durée du travail variables n’obtiendront ainsi plus jamais de sursalaire ! Ils se retrouveront également soumis à la volonté de leur employeur.

La FGTB exige que le gouvernement revienne sur cette mesure qui pénalise injustement les travailleurs, et surtout les travailleuses. La FGTB continue à s’opposer aux mesures prises par ce gouvernement à l’encontre des demandeurs d’emplois, des travailleurs à temps partiel, des malades, des jeunes, des prépensionnés et bien d’autres.

La loi Peeters est préjudiciable à tous les travailleurs et plus particulièrement aux femmes, aux travailleurs âgés, aux familles monoparentales et aux temps partiels.