En cette veille de Noël, l’ISSeP, l’Institut scientifique de Service public, est à nouveau à la une de l’actualité et au cœur de notre combat syndical. Pour rappel, cet organisme d’intérêt public situé à Liège exerce des activités scientifiques et techniques dans le domaine environnemental (air, eau, fumées…) ; il est également reconnu en tant que laboratoire de référence de la Wallonie.

 

L’année dernière à la veille des fêtes de fin d’année déjà, 5 emplois avaient été perdus : 5 membres du personnel en contrat de remplacement n’avaient pas été reconduits dans leur mission. Et ce, sans que les personnes qu’ils remplaçaient ne reviennent à l’ISSeP.

 

Cette année, le Père Noël est à nouveau une ordure avec l’ISSeP, puisque 4 contractuels ont été licenciés sans ménagement : sans être entendus, sans possibilité de se défendre. Le Père Noël est particulièrement noir puisqu’il s’en prend même à des malades. A votre bon cœur…

 

Comment en est-on arrivé à cette situation ?

 

En fait, rien de bien nouveau sous le sapin. La gestion à l’ISSeP est problématique depuis de nombreuses années. La CGSP Admi a souvent dénoncé cette situation tant au sein de l’Institut, qu’au Comité de secteur XVI (Région wallonne), tant aux Ministres compétents que dans la presse ; la plupart des problèmes ont d’ailleurs été pointés dans un audit en 2014. En vain. Les budgets de l’ISSeP ont fondu comme neige au soleil et les règles en vigueur dans la fonction publique n’existent que sur papier.

 

Aujourd’hui, l’ISSeP est plein de cadeaux épineux :

  • Un budget 2015 qui s’élève à 27,8 millions environ contre 30,1 millions en 2012…
  • Un Comité d’accompagnement et un Comité scientifique et technique moribonds
  • Un rapport des pompiers de Liège assassin en termes de sécurité des bâtiments
  • Un cadre organique pas à jour
  • Pas d’organigramme et pas de plan de personnel
  • 2 analyses des risques psycho-sociaux (2010 et 2013) auxquelles les Directions successives ne donnent aucune suite
  • Pas de Comité de Direction (CODI) et un Comité des responsables de direction (CORDI) non réglementaire depuis 2013.

Un CORDI non réglementaire, certes, mais un CORDI qui prend des décisions et « conseille » une nouvelle Directrice générale plus préoccupée par son image que par ses dossiers. Un CORDI qui est responsable de la situation actuelle, mais qui se permet en plus de fournir la liste des personnes à licencier. N’en jetons plus, la hotte est pleine !

Au lendemain d’un semblant de concertation et mandaté par le personnel réuni en assemblée, le front commun syndical (reconstitué depuis l’annonce des licenciements) a déposé un préavis d’actions ce 9 décembre 2015.

 

Les travailleurs de l’ISSeP ont les boules. Ils n’attendent pas de cadeau, ils exigent du respect et de l’espoir pour l’avenir !

 

Dernière minute : ce 16 décembre, lors d’une mascarade de concertation, la Direction a annoncé 3 licenciements de plus ! Le front commun a immédiatement réuni le personnel pour l’informer et a rédigé un communiqué à lire ici : 16122015 Communiqué front commun